Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 18/02/2021

Billet d'humeur : "Pourquoi ignorer nos progrès ?"

 Laurent CHAMPENOIS,
secrétaire général de la FDSEA 51

Dans son rapport « Réduction des pesticides en France : pourquoi un tel échec ? », la Fondation Nicolas Hulot (FNH) débute son rapport avec une affirmation accablante : « l’utilisation des produits phytosanitaires aurait augmenté de 25% en 10 ans » (entre 2009 et 2018).

Une nouvelle fois, la profession agricole est stigmatisée et ce n’est pas acceptable. Ce chiffre de 25% (qui est tiré du rapport Ecophyto 2017-2018) est à considérer avec précaution. En effet, il a été calculé avec l’indicateur NODU (nombre de doses unités), indicateur utilisé pour Ecophyto. Le NODU tient compte des quantités de produits vendues au cours de l’année et non des quantités effectivement appliquées, il n’est donc pas représentatif de nos pratiques qui sont faites sur nos exploitations.

Ce n’est pas parce que nous achetons un produit que nous allons l’utiliser en totalité la même année, des stocks peuvent être réalisés. Se baser seulement sur cet indicateur pour affirmer que le plan Ecophyto et la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires est un échec est un gros raccourci qui n’est pas entendable.

Pourquoi toujours vouloir créer des polémiques sur le sujet des phytosanitaires ? Nous faisons preuve d’adaptation et de progrès et ce rapport balaye d’un revers de la main tout ce qui a été fait. Pourtant, des chiffres mettent en évidence l’amélioration de nos pratiques depuis 20 ans (Cf encadré « L’utilisation des produits phytos en France »).

Les actions que l’on mène depuis de nombreuses années, ont contribué à des améliorations sensibles de l’usage des produits phytosanitaires. La profession agricole est pleinement engagée depuis 2018 dans le Contrat de solutions. Ce sont 44 partenaires qui portent l’ambition collective de construire une trajectoire de progrès pour la protection des plantes, basée sur des solutions concrètes, efficaces et économiquement viables pour la santé des végétaux, sur l’ensemble du territoire français.

Préserver l’environnement est au cœur même de notre métier d’agriculteur. Nous prônons le dialogue. Avant de publier de tels rapports, il serait intéressant que la profession agricole participe au débat.

L’utilisation des produits phytos en France

  • En 10 ans, de 2009 à 2019, la quantité de substances actives de produits conventionnels a baissé de 36 %.
  • Depuis 1990, près de 75 % des substances activés ont été retirées du marché.
  • Les quantités des substances les plus préoccupantes ont diminué de -15 % pour les CMR1 et -9 % pour les CMR2 entre 2009-2011 et 2016-2018.
  • Les ventes de produits de bio-contrôle ont presque doublé (+85 %) en moyenne triennale, entre 2009-2011 et 2016-2018.
  • Le nombre d’exploitations certifiées HVE (Haute Valeur Environnementale) a augmenté de +52 % sur les 6 premiers mois de l’année 2020.