Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 19/11/2018

Un conseil solidaire

Ousmane Dao, président du Seracom et
Catherine Gimmonet, présidente de l’Accir.

Le conseil d’administration de la FDSEA 51 du 5 novembre, s’est tenu sous le signe de la solidarité au-delà de notre département. 

Face à la sécheresse qui sévit depuis des mois, un plan régional de 6 millions d’euros d’aides exceptionnelles sera débloqué. Il sera destiné en priorité aux éleveurs spécialisés (au-delà de 50 % du chiffre d’affaires). Une aide de 500 € à 3 000 € pour l’achat de fourrages pourrait être versée aux exploitations touchées.  La FDSEA demande que la démarche pour les éleveurs soit simple et rapide. Malgré un contexte difficile pour tous les agriculteurs, la solidarité doit primer. Hervé Lapie, président FDSEA  explique : « le sujet n’est pas de diviser la profession agricole mais de rester unis sur l’ensemble des filières ». Face à la sécheresse, des réseaux de solidarité voient le jour dans la région pour l’approvisionnement de pulpe et de paille à destination des éleveurs les plus touchés.

Ras le bol administratif
Retards de paiements PAC, MAE, PCAE, classements injustifiés de certains cours d’eau… La FDSEA et JA disent stop ! Malgré de nombreuses interpellations auprès de l’administration, les agriculteurs ne peuvent que constater l’absence d’avancées. La suradministration est toujours d’actualité. Concernant le dossier des cours d’eau, la FDSEA défend une stricte application de sa définition soit : une source, un lit naturel et une eau qui coule au moins la moitié de l’année. Une réunion à la DDT le 15 novembre doit éclaircir ce sujet. Le ras-le-bol vise aussi, le paiement des aides PAC. Leur versement n’est toujours pas intervenu. La DDT s’était engagée à verser 70?% des aides à tous les agriculteurs entre le 15 et le 19?octobre. Or, un mois après, certains agriculteurs attendent toujours leur versement. Pour combler des trésoreries déjà en tension, des agriculteurs ont contracté des prêts. Face à ces défaillances administratives, un comité de soutien se tiendra devant les locaux de la DDT, le 15 novembre de 10 heures à 12 heures L’objectif étant de dénoncer la mauvaise gestion du dossier des cours d’eau ainsi que les retards des paiements. Nous reviendrons sur cette action dans la prochaine Marne Agricole. Lors du conseil d’administration, d’autres sujets d’actualités ont été abordés tels que ; la problématique du prix de la betterave ou encore les actions initiées pour favoriser les embauches en agriculture. Pour exemple, une formation « salarié d’élevage » a été mise en place pour les demandeurs d’emploi.

L’Accir en action : une solidarité au-delà des continents
Parmi les combats universels du monde agricole, figure la défense du revenu. Catherine Gimmonet (présidente de l’Accir (1) et Ousmane Dao (président du Seracom (2)), ont présenté les actions de leur partenariat. Celui-ci permet de sécuriser les revenus de 2 250 producteurs (dont 70 % de femmes) d’Afrique. L’Accir existe depuis les années soixante. Elle permet de soutenir le développement de l’agriculture en Afrique subsaharienne. Son financement repose sur un mécanisme de solidarité. Les agriculteurs membres via leur coopérative acceptent de se faire prélever la valeur d’un millième de leur récolte. La solidarité est une valeur importante portée par la FDSEA, qui encourage l’adhésion des agriculteurs à l’Accir.

Accir (1) : Association champenoise de coopération interrégionale.
Seracom (2) : Service rural d’approvisionnement et de commercialisation.