Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 15/11/2018

Un travail qui ne s'assèche pas !

 
Depuis le mois d’août, les éleveurs nourrissent
les bêtes au parc.

Depuis le mois de juin la pluie se fait rare dans la région Grand Est. La profession agricole a donc demandé à l’État, une reconnaissance de calamité agricole.

40%, c’est le déficit fourrager pour le département de la Marne. Aujourd’hui, la majorité des éleveurs ont déjà entamé de manière importante leurs stocks de fourrages hivernaux. Actuellement, ils ne savent pas comment ils vont assurer une alimentation correcte à leurs animaux jusqu’en juin prochain.

Un travail de longue haleine

Depuis début août la profession agricole alerte les services de l’État sur la situation climatique extrême et a demandé la reconnaissance de calamité agricole sur toute la région Grand Est. L’acceptation de cette demande n’est pas évidente, car elle suppose que les récoltes de surfaces fourragères affichent un déficit de plus de 30 % par rapport à la moyenne. Or, concernant le maïs, malgré une qualité fourragère insuffisante, le volume de récolte n’a pas pour autant été impacté, empêchant le déclenchement de la calamité agricole. Face à ce constat, la Chambre d’agriculture de la Marne a donc entamé un travail technique, pour prouver une perte quantitative des maïs. Après expertise, il s’est avéré que la densité était fortement réduite. La profession agricole a ainsi pu appuyer sa demande de reconnaissance en calamité agricole.

Le travail continue...

Le 26 octobre dernier, la DDT en présence de la Chambre d’agriculture et de la FDSEA a réuni un comité d’expertise sur trois exploitations du département. Après cette réunion, la Chambre d’agriculture de la Marne a réalisé des bilans fourragers permettant de connaître le manque fourrager de cette année. Un nouveau comité d’expertise s’est réuni le 6 novembre pour aborder plusieurs points, tels que le zonage d’éligibilité. La profession a insisté sur sa demande ; toute la Marne doit être reconnue en calamité agricole. …

...et se poursuit dans les prochaines semaines

Le département doit transmettre au Comité national d’expertise sa demande de reconnaissance pour le 12 novembre au plus tard. Et celle-ci sera validée courant décembre. Une fois la reconnaissance accordée au niveau national, les éleveurs pourront demander la calamité pour leur exploitation s’ils sont éligibles.


Par Bastien Lombard