Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 13/04/2018

Une première journée tournée vers l'avenir

La première journée de la séance publique du congrès de la FNSEA s’est ouverte par un moment de recueillement en hommage aux victimes de l’attentat de Trèbes. Après cet hommage, les 1 000 congressistes ont pu accueillir Serge Papin, président directeur général de Système-U, qui a maintenu sa venue au congrès en dépit des événements. Cette première journée était consacrée aux perspectives d’avenir.
 

La présidente de la FNSEA a débuté la séance publique du congrès de la FNSEA en présentant ses respects au lieutenant-colonel Beltrame, « héros » de l’attentat de Trèbes. Elle a ensuite invité les 1 000 congressistes à observer une minute de silence en hommage à toutes les victimes de cet attentat, survenu le vendredi 23 mars, dans un magasin Super-U, dans lequel Jean Mazières, viticulteur près de Carcassonne, a perdu la vie. Cette première journée ouverte au public faisait suite à un jour et demi de huis clos, durant lequel les représentants des FDSEA et FRSEA ont pu dialoguer et partager leurs expériences. La première séquence, axée sur les perspectives d’avenir, intitulée « Le Monde bouge, bougeons ! », a été introduite par Serge Papin, président-directeur-général de Système-U. Christiane Lambert l’a remercié d’avoir maintenu sa venue « malgré les événements douloureux ». Lors de l’hommage national, qui avait lieu le matin même, il était au côté de la famille du boucher, « assassiné froidement » lors de l’attentat. Il a débuté son intervention en appelant à se soutenir, s’entraider et dialoguer dans ce moment de profonde tristesse.

Raconter l’agriculture pour retisser le lien avec la société 
Celui qui est considéré par Christiane Lambert, comme « l’homme fort des États Généraux de l’alimentation » était invité à débattre avec Patrick Bénézit, secrétaire général de la FNSEA, de la question du prix et de la répartition de valeur. Serge Papin a ainsi rappelé qu’il n’y avait « aucune raison pour que les matières premières agricoles ne soient pas rémunérées à leur juste prix en France ». Dans cette séquence, cinq autres tables rondes se sont déroulées entre porte-parole de la FNSEA et personnalités extérieures. L’objectif de cette séquence était d’ouvrir le débat sur des thématiques, en lien avec le double pacte économique et sociétal porté par la FNSEA. Concluant cette séquence, Éric Orsenna, membre de l’académie française et « ami » de l’agriculture a appelé à retisser le lien entre agriculture et société française. Il estime que les consommateurs sont des enfants gâtés, car se sont « de vieux ignorants ». Il conseille ainsi aux agriculteurs, de raconter comment on fait du blé, comment on élève, « il faut des récits », insiste-t-il. Ce congrès se voulant résolument tourné vers l’avenir, la matinée du jeudi matin est consacrée à « la culture de la gagne », afin de préparer les futures élections Chambres d’agriculture, qui auront lieu en janvier 2019. Le congrès sera conclu en début d’après-midi par les discours de Jérémy Decerle, Christiane Lambert et Stéphane Travert. À ce dernier, la présidente de la FNSEA a prévu de demander « d’écouter davantage la FNSEA, syndicat majoritaire et porteur de solutions ».