Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 22/03/2018

Pensées laitières marnaises...

 
De g. à d. : Bruno Lancelot, président de la Fédération
départementale des producteurs de lait 51,
et Olivier Laforêt, délégué FDPL 51 ont fait
le déplacement au congrès de la FNPL à Vannes.

Bruno Lancelot, président de la Fédération départementale des producteurs de lait 51, et Olivier Laforêt, délégué FDPL 51, étaient présents au congrès de la Fédération nationale des producteurs de lait 2018. Ils rapportent leurs impressions…

"Que retenez-vous du congrès de la FNPL 2018 ? " Telle était la question posée aux deux représentants de la FDPL 51 qui ont fait le déplacement. Bruno Lancelot : "après une partie statutaire un peu fastidieuse comme toujours, le thème du congrès était centré sur les États Généraux de l’Alimentation (EGA) et leurs conséquences. La table ronde du jeudi matin réunissait les représentants des entreprises Bel, Leclerc et Carrefour.

Selon la directrice du développement durable et des affaires corporate chez Bel, les bonnes intentions affichées à l’issue des EGA et à la signature du plan de filière France Terre de lait, se mettent en place de façon différenciée en fonction des distributeurs. Certains jouent le jeu et d’autres pas et renouent avec leurs habitudes : les prix toujours plus bas. Nous aurons besoin d’une loi pour que les négociations tarifaires respectent les recommandations figurant dans les conclusions des EGA.

Michel Nalet, directeur de la communication chez Lactalis, et Damien Lacombe, président de Sodiaal, ont débattu des perspectives de la production laitière française lors de la deuxième table ronde. Ils ont affiché une volonté commune de maintenir en France des exploitations dynamiques s’appuyant sur une bonne valorisation sur le marché intérieur. Ils veulent aussi rester des opérateurs incontournables sur les marchés internationaux qui sont, eux, beaucoup plus volatils.

Des nouveaux outils comme les marchés à terme pourraient nous aider à y faire face". Olivier Laforêt : "l’aire du producteur laitier " fromageable " à merci est-elle révolue ? C’est dans la continuité des travaux effectués ces derniers mois concernant les États Généraux de l’Alimentation que s’est tenue les 14 et 15 mars à Vannes, dans le Morbihan, l’assemblée générale de la FNPL . Une foule attentive et impatiente de voir se concrétiser les attentes des producteurs consignées dans un plan de la filière laitière intitulé France, Terre de lait.

Fut présenté le rapport d’orientation, fruit d’un travail de trois années décrivant la diversité du contexte de production spécifique à la France et cher aux consommateurs, que les producteurs souhaitent conserver dans un modèle de production familial. La demande sociétale est de plus en plus forte dans des domaines spécifiques et variés tels que le prix, l’hygiène, la sécurité, les plaisirs, le goût, etc. Cela ne doit pas entraîner un surcoût à la production sinon le risque serait de sortir du couloir de compétitivité.

L’air goguenard des quelques représentants des enseignes de la grande distribution et quelques entreprises laitières bien connues (notamment récemment touchée par quelques remous sanitaires) présents à ce congrès laisse penser que l’attente risque de se faire encore pesante pour les producteurs. En ayant été le plus mal payé de tous les intervenants dans son élevage depuis trois ans, le producteur qui pourtant a supporté la plus grande part des risques va-t-il pouvoir enfin retrouver une juste rémunération de son travail et son statut social du passé "


Par Mylène Berruyer