Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Evénements

Evénements


Evénement
Publié le 01/09/2011

Le ministre aime la Foire mais vient les poches vides

Le ministre de l’Agriculture est venu à nouveau à la Foire de Châlons-en-Champagne où il a multiplié les rencontres sans pour autant faire des annonces fracassantes.

Copains comme cochon !
Bruno le Maire est un peu chez lui à la Foire de Châlons-en-Champagne où il s’est rendu pour la troisième année consécutive.

Sur le marchepied du tracteur, un
Fendt cette fois...
Le ministre de l’Agriculture a passé la matinée du samedi 27 août à rencontrer les professionnels et élus du monde agricole. De quoi prendre la température de la rentrée qui s’annonce complexe et animée.

L’année 2011 est contrastée pour l’agriculture française, observe le ministre. Sur le plan des grandes cultures, l’horizon s’est assombri sous l’effet de la sécheresse mais au final ce n’est pas si mal, les prix étant là. 

Bruno Le Maire a échangé sur le sujet sur le stand de Champagne Céréales. Pascal Prot, son président, a annoncé avoir collecté 2,6 millions de tonnes grains, un chiffre meilleur que celui espéré en début de moisson.

Discussion pour défendre la luzerne avec
Jean-Pol Verzeaux, président de Coop de
France Déshydratation.
Lors de son passage sur le stand de Cristal Union, où il a rencontré Jean Collard et Éric Lainé, le ministre a été alerté sur la fiscalité du bioéthanol dont la modération est indispensable pour pérenniser la filière. 

Autre point abordé, la nouvelle taxe annoncée sur les boissons sucrées qui risque d’avoir des répercussions négatives sur la production.

Avec Pascal Prot (président) sur le stand de
Champagne Céréales.
Mais le gros dossier du jour était porté par Jacques Rouchaussé. Le secrétaire de Légumes de France, et par ailleurs maraîcher dans la Marne, a sonné l’alarme pour défendre une filière tragiquement impactée par un flux convergent d’événements négatifs.

"Depuis le déclenchement de la crise par E.coli en mai dernier, les producteurs de légumes sont sur la paille. Il est urgent de prendre des mesures de sauvegarde des entreprises et des emplois de la production de légumes en France"
, souligne Jacques Rouchaussé.

La supplique de Jacques Rouchaussé pour
venir en aide aux producteurs de fruits et
légumes.
Hélas Bruno Le Maire est venu les poches vides. "Vous me réclamez une année blanche que j’ai refusé aux éleveurs", explique le ministre, "vous l’accorder à tous coûterait 700 millions d’euros et je ne sais pas faire".

Alors que les finances publiques sont au-delà du rouge, impossible de faire preuve de largesse. C’est le 7 septembre que le ministre de l’Agriculture doit annoncer le plan de sortie de crise des productions de légumes et de fruits.

Les producteurs attendent notamment l’indemnisation promise à l’euro près des pertes causées par E.coli.

Fruits et légumes : la priorité du ministre

Sur le stand du Crédit Agricole du Nord Est
avec son président Jean-Pierre Laporte.
À Châlons, Bruno Le Maire a répété que la crise de la filière fruits et légumes "est une priorité". Il observe également que pour les éleveurs, "la situation reste très difficile et demande la poursuite des aides".

Pour les grandes cultures, "c’est meilleur que prévu". Le ministre en appelle donc à la solidarité entre les filières. Cette solidarité, il a pu constater sa mise en oeuvre sur le stand de la FDSEA de la Marne où son président Benoît Piétrement à dresser le bilan de l’opération paille.

Cette dernière a permis de collecter 60 000 t de pailles fournies par 1 200 agriculteurs engagés. De quoi nourrir plus de 22 000 vaches durant un an. Si les aides conjoncturelles sont nécessaires en période de crise, l’agriculture française a besoin de réformes de structures, selon lui.

"Les coûts de production et le coût du travail doivent être plus faibles que chez nos voisins"
, ajoute le ministre qui veut arriver à une baisse de 1 euro du coût horaire de la main-d’oeuvre. "L’agriculture française est une des meilleures du monde et a tous les atouts pour réussir", a-t-il conclu.

Reste à démarrer le chantier de la reconquête de la compétitivité.
 
Bilan de l’opération paille sur le  stand
de la FDSEA avec son président
Benoît Piétrement.
Jean-Marie Martel, concessionnaire,
a évoqué la formation professionnelle
du machinisme agricole.
Accueilli par Jean Collard (président Sillery)
et Éric Lainé (président CGB) sur le
stand de Cristal Union.

Pour en savoir plus : retrouvez la totalité de cet article en page 10 du journal
La Marne Agricole n°2974 du 2 septembre 2011

Par Richard Cremonini, La Marne Agricole