Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Evénements

Evénements


Evénement
Publié le 06/09/2012

Une journée présidentielle

Le président de la République François Hollande a inauguré la 66e Foire de Châlons-en-Champagne le vendredi 31 août. Un événement sans précédent.

François Hollande a délivré son discours de
rentrée à Châlons-en-Champagne.
La Foire de Châlons-en- Champagne a reçu bon nombre de candidats à l’élection présidentielle, mais jamais un chef de l’État en exercice. Cet oubli est réparé depuis le vendredi 31 août, date à laquelle François Hollande est venu couper le cordon inaugural.

Le président de la République a sillonné deux fois par le passé, les allées châlonnaises et son passage de l’an dernier lui a laissé un tel souvenir qu’il a promis de revenir si d’aventure il était élu à la magistrature suprême.

"J’en avais fait la promesse, ce n’était pas la plus difficile à tenir. Mais ma présence est aussi un symbole, c’est-à-dire d’abord de reconnaître ce qui est fait sur ce territoire", a déclaré le président au début de son discours de vendredi à Châlons.

Et il a glissé avec humour : "je suis aussi attentif à savoir qui seront les prochains invités puisque comme candidat j’y ai été reçu deux fois, ça m’a conduit là où vous savez. J’aurai donc un oeil particulièrement rivé sur les prochaines inaugurations".

Unesco et droits de plantation

François Hollande a été reçu par la FDSEA de la Marne
sur la Ferme.
Foire agricole oblige, François Hollande a rendu hommage à l’agriculture régionale.

"Je suis ici aussi et surtout pour reconnaître ce qui se fait en Champagne- Ardenne, deuxième région agroalimentaire de France, connue pour sa production de betteraves de sucre, de légumes, produits laitiers, de Champagne bien sûr, c’est un atout considérable pour la France. J’ai entendu le message qui m’a été adressé par rapport d’abord à l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Je soutiendrai ce projet".

Les viticulteurs ont également été rassurés sur un dossier qui les préoccupe.
Ils ont en éffet reçu l’assurance du soutien du chef de l’État et de son ministre de l’Agriculture pour que les droits de plantations ne soient pas libéralisés.

Olivier de Bohan, président de
Cristal Union, en pleine discussion avec
François Hollande.
Un mot aussi sur le pôle de compétitivité industries et agro-ressources et sur la bonne position de la Champagne-Ardenne sur le plan des exportations. Une balance commerciale régionale positive grâce au champagne et à l’agriculture.

Puis le discours a glissé vers la dure réalité économique que traverse le pays.

La Champagne- Ardenne n’est pas épargnée et compte son cortège d’entreprises et de salariés en difficulté. Le ton est alors devenu plus grave.

"Mon devoir, c’est de dire la vérité aux Français. Nous sommes devant une crise d’une gravité exceptionnelle, une crise longue, qui dure depuis maintenant plus de quatre ans et aucune des grandes puissances économiques, même les émergentes, n’est désormais épargnée, la croissance ralentit partout et les prix des matières premières, les céréales, augmentent pour des raisons aussi bien climatiques que spéculatives, mais aussi le pétrole avec ses conséquences sur le prix des carburants, tout cela complique encore la donne et la reprise".

A la rencontre des producteurs locaux.
À cet instant, tout le monde a compris qu’il faudrait encore attendre pour vivre des lendemains qui chantent. Croissance en berne, endettement public faramineux, augmentation inéluctable du chômage…

L’auditoire était suspendu aux lèvres du Dr Hollande en attente de la prescription médicale salvatrice. Las, aucune panacée dans l’armoire à pharmacie du bon M. François.

"L’urgence c’est l’emploi (…) Le défi que nous avons à relever tous ensemble c’est celui de la croissance (…) La France doit résoudre son problème de compétitivité".

Emploi, croissance, compétitivité. Tel est le cap fixé par le nouveau président de la République dont le quinquennat débute à peine et fait face à l’impatience des Français.

Richard Cremonini, La Marne Agricole
rcremonini@fdsea51.fr

Pour en savoir plus : retrouvez la totalité de cet article en pages 5 et 6 du journal
La Marne Agricole n°3027 du 7 septembre 2012