Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités professionnelles

Actualités professionnelles


Actualité professionnelle
Publié le 16/02/2021

Inondations : une meilleure gestion de la ressource nécessaire !

 Les pluies de ces dernières semaines ont provoqué des inondations dans les parcelles agricoles.

Les pluies de ces dernières semaines ont provoqué des inondations dans les zones de vallée dans le département de la Marne. De nombreuses parcelles agricoles se retrouvent actuellement inondées. Avec ces excès d’eau et pour faire face à l’accentuation des épisodes de sécheresse l’été, il devient stratégique de pouvoir stocker une partie des excédents hivernaux pour un report d’utilisation en période d’étiage (anticiper les périodes de sécheresse, garantir un certain volume d’eau disponible et diversifier les cultures). Pour développer des projets de stockage, il est nécessaire d’avoir un engagement des responsables politiques en faveur de la mobilisation de la ressource en eau (évolution de la Directive Cadre européenne sur l’Eau et des SAGE, meilleure prise en compte du changement climatique, sécurisation juridique des projets de stockage).

Des indemnisations pour les agriculteurs

Concernant les inondations, la FNSEA demande que le rôle de protection des biens et des personnes de l’agriculture en matière de gestion des inondations soit enfin reconnu. En effet, les terres agricoles sont régulièrement utilisées comme réceptacles pour protéger les zones à enjeux humains et économiques, c’est ce qu’on appelle une « sur-inondation ». Cette solidarité amont-aval n’est pas sans impact pour l’agriculture car ces sur-inondations ont pour conséquence des terres agricoles inondées plus longuement et fortement. Or les dommages qui s’ensuivent ne sont pas indemnisés par les assurances, car ils relèvent de la main de l’homme. La profession agricole ne remet pas en cause la solidarité amont-aval et assume le rôle de l’agriculture comme acteur de la gestion des inondations, mais cette solidarité ne peut se faire au détriment des agriculteurs, ils doivent être indemnisés. Il est nécessaire de créer un fonds d’indemnisation, abondé par des bénéficiaires des sur-inondations en prenant en compte une notion de rétroactivité (État, collectivités protégées, établissements gestionnaires des ouvrages, Établissements Publics Territoriaux de Bassin…).

L’enjeu ici est de pouvoir faire face aux aléas climatiques (qui sont de plus en plus marqués chaque année), mais aussi de pouvoir diversifier les cultures et assurer la pérennité des exploitations agricoles.


Par Mathilde Fournier - FDSEA 51