Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités professionnelles

Actualités professionnelles


Actualité professionnelle
Publié le 08/02/2021

Benjamin Perardel : section départementale des fermiers et métayers

13 sections, commissions et groupes de travail de la FDSEA 51 œuvrent quotidiennement pour accompagner et défendre les agriculteurs marnais. Cette semaine, interview de Benjamin Perardel, représentant de la section des fermiers et métayers. 

Benjamin Perardel, président de la section départementale
des fermiers et des métayers de la Marne

Qui êtes-vous ?

Je suis Benjamin Perardel, agriculteur sur la commune de Courtisols à l’est de Châlons-en-Champagne. La surface que j’exploite en grande culture est répartie pour un tiers en pleine propriété et pour deux tiers en fermage.

Pourquoi vous êtes-vous engagé à la FDSEA, et sur ce dossier en particulier ?

Il y a une petite vingtaine d’années, je suis devenu délégué cantonal de la section des fermiers et des métayers car pour moi le statut du fermage est un outil important pour notre agriculture. Sa défense est essentielle car la majorité des agriculteurs sont fermiers. En mars 2020, j’ai accepté de prendre en charge cette section au niveau départemental afin de poursuivre le travail entrepris par mes prédécesseurs et avec les délégués de la section.

En quoi consiste votre mission ?

Elle consiste à faire vivre la section, être force de proposition pour l’évolution et défendre le statut du fermage. Nous devons aussi valoriser ce statut, le rendre plus attractif notamment auprès de la nouvelle génération car c’est un moyen sécurisant de préserver son principal outil de production. Je siège également à la CDOA ; La section est composée de 20 délégués SDFM, d’un animateur syndical et d’un juriste en droit rural pour apporter de l’animation et une expertise juridique sur les dossiers syndicaux.

Quelles sont vos satisfactions sur les sujets travaillés cette année ?

En 2020, une rencontre entre la SNFM et la SNPR a permis de trouver un accord commun en six points validé dont certaines avancées sont significatives comme la signature d’un nouveau bail dans le cas de reprise par un enfant du fermier selon le principe « nouveau bail – nouveau fermier » , rendre l’état des lieux obligatoires, la subrogation du droit de préemption du fermier, la réalisation d’un accord amiable entre les parties pour les améliorations du fonds loué et la possibilité faite au fermier de conserver une parcelle de subsistance sur ses terres en propriété.

Pour vous quelles sont les priorités de travail de 2021 et position FDSEA ?

Poursuivre les dossiers qui nous incombent, tant au niveau départemental que national ; voir aboutir la réforme du statut des baux ruraux décrite précédemment afin qu’elle soit inscrite dans la loi et aussi poursuivre la réflexion sur le statut de l’agriculteur professionnel. La position de la SDFM est de maintenir les fermiers qui exploitent de manière directe, personnelle et continue les terres.

Un message particulier pour nos lecteurs ?

Je souhaite à tous les agriculteurs fermiers une évolution constante de nos revenus afin de voir chaque année une évolution positive de l’indice du fermage, signe du dynamisme de l’agriculture française.