Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités professionnelles

Actualités professionnelles


Actualité professionnelle
Publié le 22/01/2021

Benoît Piétrement : commission productions végétales

C’est au quotidien que 13 sections, commissions et groupes de travail sont au travail pour défendre et accompagner les agriculteurs de la Marne. Cette semaine, interview de Benoît Piétrement, représentant de la commission productions végétales.

Benoît Piétrement, représentant de la commission
productions végétales

Qui êtes-vous ?

Je suis agriculteur dans la Brie sur une exploitation en grandes cultures à Villeneuve-lès-Charleville. Par ailleurs, je suis président de la coopérative Novagrain, vice-président de l’association spécialisée des producteurs de blé et autres céréales (AGPB) et président du conseil spécialisé grandes cultures à France Agrimer.

Pourquoi vous êtes-vous engagé à la FDSEA, et sur ce dossier en particulier ?

Mes engagements au niveau national me permettent de faire le lien entre la FDSEA de la Marne et les associations spécialisées en grandes cultures de la FNSEA.

En quoi consiste votre mission ?

Je travaille sur des dossiers d’actualité (phytosanitaires, ZNT, HVE, PAC...) où encore des dossiers de prospective tels que le label bas carbone par exemple. La commission productions végétales de la FDSEA a la particularité d’avoir des représentants des coopératives, des filières (céréale, betterave, etc.) et des délégués cantonaux FDSEA. Cela permet de croiser les idées et les réflexions sur les dossiers.

Quelles sont les satisfactions sur les sujets travaillés cette année ?

Des victoires, notamment sur la question des phytosanitaires (néonicotinoïdes et le glyphosate) mais il va falloir continuer à batailler dur sur ces sujets. Une autre satisfaction, la certification environnementale n’est plus un sujet tabou. Il y a quelques mois, le sujet était encore dérangeant pour beaucoup d’agriculteurs mais on constate aujourd’hui que de nombreux agriculteurs réfléchissent à cette démarche. C’est un enjeu important en termes de communication pour l’agriculture et ça le sera également pour la future PAC.

Pour vous quelles sont les priorités de travail pour 2021, et quelles sont les positions de la FDSEA ?

Nous devons rester vigilants quant aux restrictions sur nos moyens de production et sur les normes environnementales. Un dossier d’actualité immédiat est le plan pollinisateurs ! La FNSEA a obtenu un report de ce dossier, mais c’est un dossier brûlant. Nous sommes très vigilants. Nos positions sont claires : il faut prendre ce dossier dans sa globalité et ne pas viser que les produits phytosanitaires. Nous allons travailler sur la certification environnementale et sur la PAC. Sur la PAC, toutes les dernières réformes ont déshabillé les aides destinées aux grandes cultures. On voit le résultat avec des revenus au plus bas. Il va falloir se battre pour remettre les pendules à l’heure et notamment éviter toutes les distorsions de concurrence avec les autres pays européens.

Et bien sûr, le travail sur le bilan carbone et tout particulièrement le label bas carbone. C’est un dossier qui va devenir essentiel pour nous. Nous sommes l’une des rares professions à pouvoir produire avec un bilan carbone positif. À nous de le valoriser et d’y travailler pour que les règles de calcul ne nous échappent pas.

Un message particulier pour nos lecteurs ?

Cette année 2020 a été marquée par le Covid-19. Rappelons nous les craintes des consommateurs (et des politiques) de manquer de denrées alimentaires lors du premier confinement. Or, l’agriculture française a fait face et les magasins ont toujours pu être approvisionnés. Nous devons non seulement, nous producteurs, en être fiers, mais rappeler aussi à tous nos concitoyens que la souveraineté alimentaire n’est pas quelque chose avec laquelle nous pouvons jouer.

Benoît Piétrement,
représentant de la commission productions végétales