Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités professionnelles

Actualités professionnelles


Actualité professionnelle
Publié le 20/11/2020

Confinement rime avec écoute des filières

Depuis deux semaines, la FNSEA a mis toute son énergie pour assurer la continuité de la production agricole française et l’écoulement des produits de nos exploitations.

Christiane Lambert, présidente FNSEA.

Dès le lendemain de l’annonce, nous avons obtenu la possibilité de maintenir l’ouverture des marchés de plein air et des marchés fermés. Nous avons également permis l’ouverture des fleuristes durant le weekend de la Toussaint. Et enfin, au cours de cette fin de semaine, nous avons pu élargir les conditions d’ouverture des jardineries à toutes celles qui commercialisaient des graines, des engrais et des animaux de compagnie et aliments pour ces animaux, ce qui permettait une réelle amélioration par rapport au 1er confinement au cours duquel le secteur horticole, privé administrativement de débouchés, a dû détruire des milliers d’euros de production et non encore compensés à ce jour.

Toujours dans cet esprit, et sur notre demande, le Gouvernement a ouvert, via un protocole sorti le 10 novembre au soir, la participation de bénévoles pour s’occuper des chevaux dans les centres équestres, qu’ils soient propriétaires ou non. Il a également annoncé la possibilité de vente des sapins en prévision de Noël. Et enfin, le Gouvernement a répondu à notre demande de maintien de la chasse au grand gibier et aux espèces classées nuisibles en département. Il s’agit bien de poursuivre la régulation et la surveillance sanitaire du territoire, particulièrement essentiel face aux risques de grippe aviaire et de peste porcine africaine qui menacent. Une position qu’il a fallu défendre fermement.

Enfin, dans le même temps, notre action, en lien avec la MSA, a permis d’obtenir la suspension automatique des prélèvements MSA pour les chefs d’exploitation agricole, la suspension sur demande de la part patronale et de la part ouvrière des cotisations « employeurs » et une ouverture plus large de l’accès au fonds de solidarité, notamment pour certains secteurs des filières alimentaires (fabrication de foie gras, préparation à caractère artisanal de produits de charcuterie, élevage de pintades, de canards et d’autres oiseaux lorsqu’au moins 50 % du CA est réalisé avec une ou des entreprises du secteur de la restauration…). Ces avancées, dans l’urgence, étaient essentielles. Mais elles ne sauraient masquer notre inquiétude quant à la situation de certaines filières, notamment à l’approche des fêtes de Noël. Que ce soit pour les producteurs de petit gibier, de produits festifs, ou encore les horticulteurs, des mesures d’accompagnement seront hautement nécessaires. Et nous n’oublions pas l’ensemble du secteur de la viticulture, tout particulièrement pour les producteurs de Beaujolais, mais aussi le secteur du cidre et plus largement des boissons, comme la bière de Noël.

Pour appuyer ces filières, nous avons un rôle à jouer, ensemble. Un appel à tous les acheteurs à faire jouer la consommation locale et à soutenir les agriculteurs de son territoire. Cet appel doit être entendu par les acteurs des collectivités locales qui ont en charge la restauration collective. Il doit être entendu par les acteurs de la distribution, dans le respect d’un prix rémunérateur pour le producteur. Il doit être entendu par le consommateur qui a la possibilité de donner de la visibilité aux producteurs en anticipant ses commandes de produits festifs.

Les FDSEA sont incontournables pour relayer ce message et ainsi le faire vivre sur tout le territoire, car c’est un élément central pour maintenir le lien entre les agriculteurs et l’ensemble de la société. Nous sommes en effet convaincus qu’à la veille des fêtes de fin d’année qui riment encore dans de nombreuses familles avec la gastronomie française, nous avons une opportunité de parler au cœur et aux papilles des consommateurs. Forts de cette volonté, nous allons dans les prochains jours, communiquer largement sur les réseaux sociaux et faire appel à vous pour relayer et appuyer tous nos supports (vidéos, communiqués de presse, tweets…) et ainsi défendre, ensemble, le #MangerFrançais.

Soutenir les filières, défendre les producteurs en période de crise, accompagner les plus fragiles, c’est aussi cela le syndicalisme économique en action !


Par Christiane Lambert, présidente FNSEA