Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités professionnelles

Actualités professionnelles


Actualité professionnelle
Publié le 12/11/2020

Des avancées pour une meilleure répartition de la valeur

Après deux ans de combat syndical, le périmètre d’action des centrales d’achat européenne est restreint.

En mars 2018, la FNSEA avait saisi l’autorité de la concurrence, l’arbitre de la concurrence en France, pour demander une enquête sur les pratiques de la grande distribution lors des regroupements de GMS Françaises au sein de grandes centrales d’achats au niveau européen. Pour le syndicalisme majoritaire, ces regroupements mettent en situation de désavantage économique leurs fournisseurs alimentaires et donc indirectement les agriculteurs par des prix d’achat négociés à la baisse. La FNSEA avait également pointé les risques d’entente important dans ces structures qui ne respectaient pas le droit européen et étaient en marge du droit français.

En 2019, suite à une pression syndicale, les parlementaires se sont emparés du sujet et ont lancé une commission d’enquête et l’autorité de la concurrence a suivi en lançant une enquête.

Un effet de la loi EGAlim

En réponse à celle-ci, le regroupement Horizon (Casino, Auchan, Metro et Schiever), qui pèse 21 % du marché, a proposé à l’autorité de la concurrence de modifier l’accord de coopération existant, portant sur la fourniture de marques de distributeurs (MDD), et à réduire son périmètre en excluant plusieurs familles de produits agricoles (lait, œufs) ou issus de secteurs connaissant des difficultés économiques (charcuterie, cidre). Les enseignes réduiront aussi leur coopération sur d’autres familles de produits pour ne pas dépasser un poids de 15 % de parts de marché.

Cet accord est directement lié à l’application de la loi EGAlim qui a renforcé les moyens d’intervention de l’Autorité et vise à minimiser l’impact de ces regroupements sur les PME et TPE. Il convient de noter que Carrefour et Tesco ont formulé à l’Autorité des propositions et qui sont actuellement à l’étude. En ce qui concerne les autres centrales d’achats, Envergure (Carrefour, Cora, Système U) 34,2 %, Leclerc 21,1 % et ITMP / Francap 15,9 %, l’autorité de la concurrence, interrogée ce jour, ne peut commenter d’éventuelles instructions. La FNSEA et la FNPL se félicitent que la loi EGAlim poussée très régulièrement par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation contribue par la lutte contre les cartels anticoncurrentiels à faire baisser la pression sur les PME et les TPE, cela doit aussi permettre un meilleur partage de la valeur qui in fine doit profiter aux producteurs.


Par Ludovic BARTHELET, Service syndical FDSEA 51