Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités professionnelles

Actualités professionnelles


Actualité professionnelle
Publié le 14/05/2020

L’impératif d’une remontée des prix payés aux éleveurs clairement posé !

 
Si les prix ne progressent pas fortement et ne couvrent pas les coûts
de production, la FNB craint de nombreux arrêts d’activité.

Le ministre a réuni les principaux acteurs de la filière bovin-viande concernant deux objectifs : le besoin impératif de remontée de la rémunération éleveur à un juste niveau pour la pérennité du secteur, et la nécessité d’engager une plus forte structuration (AOP) pour équilibrer les relations commerciales.

Chiffres à l’appui, le ministre a conclu que la pression sur les prix des animaux était injustifiée et inacceptable. Il a demandé aux acteurs de l’aval de réagir sans délai, sous quelques semaines tout au plus, pour des évolutions significatives.

Certains acteurs de la filière comme Culture-viande ou la FCA (système U, Intermarché, Leclerc) ont admis que la situation n’était pas tenable alors que la FCD (Carrefour, Auchan, Cora) s’est montrée méprisante vis-à-vis des producteurs.

Les positions exprimées par le ministre confortent les analyses portées par la FNB sur la situation de la filière gros bovins, et la nécessité absolue de hausse des prix aux éleveurs. La pression syndicale mise par la FNB avec le mot d’ordre récent de rétention des animaux auront permis d’obtenir cet éclairage net de la part des pouvoirs publics !

Mais malgré les discours, la FNB et la FNSEA savent que seul le revenu des éleveurs importe. Ainsi, les syndicats se laissent 15 jours pour vérifier si ce rendez-vous se traduit par une augmentation concrète des prix avant d’envisager d’autres actions.

Ludovic Barthelet, Animateur Syndical