Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 26/09/2019

Certifié AGPB

 
 

Oui, la certification HVE à un coût, oui, elle ne permet pas d’avoir une meilleure rémunération. Mais pour l’AGPB, il y a tout même un sacré coup à jouer. Patrice AUGUSTE, directeur Relation Terrain de l’AGPB, est intervenu lors de la commission Production Végétale de la FDSEA, qui s’est réunie le 19 septembre.

Une certification cohérente

Initialement prévue pour 2020, la prochaine PAC 2020-2027 sera retardée d’au moins deux ans au vu des différents événements européens (élection, bréxit…). Néanmoins, les réflexions de cette future PAC sont déjà bien avancées.

Jusqu’ici, pour répondre aux exigences de la PAC et obtenir des paiements, les exploitants avaient pour obligation de respecter la conditionnalité et le paiement vert (diversité des assolements, 5 % de SIE, maintint des prairies permanentes).

Pour la prochaine PAC, les exploitants auront toujours l’obligation de respecter ses règles, mais elles seront toutes concentrées dans la conditionnalité. À celà, l’Europe souhaite ajouter "L’Ecoscheme".

Ce module, entre lui aussi dans le premier pilier et se réaliserait sous forme volontaire. Si les exploitants honorent "l’Ecoscheme", alors ils pourraient toucher un paiement supplémentaire équivalent à 90 E de l’hectare. Pour l’AGPB, aujourd’hui 90 % des céréaliers ont la capacité de se certifier en HVE niveau 2, mais seul 10 % y sont.

L’objectif est d’accompagner les exploitants dans une certification HVE 3 via "l’Ecoscheme" qui permettra de revaloriser financièrement les exploitants, via les aides du premier pilier de la PAC.

Bel outil de communication

Si une grande majorité des agriculteurs entraient dans cette certification, alors, l’agriculture française pourrait montrer au grand public à quel point elle est respectueuse de l’environnement et de la santé, comme le prouve le journal "The Econosmist" qui vient d’élire pour la 3e année consécutive, la France comme l’agriculture la plus saine au monde.


Par Bastien Lombard, FDSEA 51