Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 11/04/2019

Les bonnes pratiques de traitement pour protéger les abeilles

La FNSEA, ses associations spécialisées et les instituts techniques proposent des fiches de recommandations pour réaliser les traitements phytosanitaires en période de floraison.

Dans nos régions, le colza constitue une ressource
alimentaire importante pour les abeilles.

L’arrêté du 28 novembre 2003 prévoit que, pour protéger les abeilles et autres insectes pollinisateurs, les traitements réalisés au moyen d’insecticides et d’acaricides sont interdits durant la période de floraison et pendant la période de production d’exsudats sur toutes les cultures visitées par ces insectes.

Zoom sur le colza

La floraison du colza a lieu le plus souvent entre le 15 mars et le 15 mai. En général, il n’est pas observé de présence d’exsudats sur le colza. C’est une culture productrice de nectar et de pollen, constituants de l’alimentation des abeilles mellifères et autres pollinisateurs sauvages.

Ces insectes sont donc présents dans les champs, principalement en période de floraison. Il convient d’en tenir compte dans le cadre de l’itinéraire technique de la culture, et plus particulièrement en ce qui concerne les traitements phytosanitaires. Insecticides/acaricides utilisables par dérogation en période de floraison sur Colza

Par dérogation certains produits sont autorisés durant les périodes de floraison si l’étiquetage porte une des mentions suivantes :

  • emploi autorisé en floraison,
  • emploi autorisé au cours des périodes de production d’exsudats,
  • emploi autorisé durant la floraison et au cours des périodes de production d’exsudats,

Dans les trois cas, l’application doit se faire en dehors de la présence d’abeilles. Ces mentions sont attribuées pour un usage et avec une dose déterminée. Pour vérifier si un produit dispose d’une de ces mentions, reportez- vous à l’étiquette du bidon qui précise la décision d’autorisation de mise sur le marché (AMM).

Critères présence/ absence d’abeilles

Les applications d’insecticides ou d’acaricides en présence d’abeilles sont à proscrire. Elles peuvent provoquer d’importantes mortalités parmi les populations d’abeilles, soit en raison de la toxicité du produit, soit par simple effet mécanique, comme le refroidissement ou l’étourdissement des individus qui conduisent à la mort. L’activité des abeilles dans les parcelles est fortement réduite au lever du jour et à la tombée de la nuit.

En effet, la faible luminosité diminue leurs facultés d’orientation et les températures fraîches limitent leurs capacités de vol. Pour les abeilles domestiques, les données disponibles montrent que 12°C est un seuil au-delà duquel l’activité commence à devenir significative. Si cette limite de température est associée à une faible luminosité la fréquentation est d’autant plus réduite.

Par conséquent, il est fortement recommandé de traiter à la tombée de la nuit car :

  • la plupart des butineuses ont quitté les parcelles,
  • le délai entre l’application et le contact des abeilles avec le produit est supérieur à celui obtenu avec une application réalisée le matin.

Recommandations d’applications

Ne traiter que si nécessaire, pour cela, tenez compte pour chaque ravageur des seuils d’intervention qui sont indiqués sur le site de Terres Inovia (www.terresinovia.fr / rubrique colza / cultiver du colza / ravageurs / insectes / traitements).

Enfin, respectez les doses et les précautions d’emploi mentionnées sur l’étiquette des produits. Les traitements de bordures de parcelles en début d’infestation du charançon des siliques, ou de colonies de pucerons peuvent souvent être suffisants. Par ailleurs, un temps couvert est défavorable à l’activité de butinage des pollinisateurs.

 

Pourquoi des fiches de recommandations ?

Depuis 2003, s’applique un arrêté qui interdit les traitements insecticides et acaricides en floraison en présence d’abeilles. En 2015, le Gouvernement avait élaboré un projet soumis à consultation, qui conduisait à autoriser, avant tout, les traitements après le coucher du soleil.

Compte tenu des risques accrus lors des interventions de nuit et des difficultés de mise en oeuvre concrète sur le terrain d’un tel projet, la FNSEA, ses Associations Spécialisées et les Instituts Techniques ont travaillé ensemble pour concilier les activités agricoles et apicoles avec la préservation des abeilles et des autres pollinisateurs.

Dans ce cadre, des fiches de recommandations, co-construites entre agriculteurs et apiculteurs, adaptées pour chaque culture, ont été élaborées. Elles visent à faciliter l’application de l’arrêté du 28 novembre 2003 toujours en vigueur. Au total, 9 fiches de recommandations sont à télécharger sur le site http://proteger-les-abeilles.fnsea.com/ (colza, tournesol, céréales à paille, légumineuses potagères destinées à l’industrie, maïs, pois protéagineux, pomme de terre, pommiers et poiriers et vigne).

Bonne pratique de placement des ruchers

Certains cas d’intoxication ont lieu en raison de dérive de produits vers les ruches positionnées en bordure de champs. Il convient de prendre les dispositions nécessaires pour les éviter et éventuellement de dialoguer avec les apiculteurs qui travaillent à proximité pour connaître les emplacements de ruchers et leur demander conseil. Ne pas positionner le rucher à proximité immédiate de la bordure d’un champ de colza ou en avertir l’agriculteur.

Source : fiche "colza" rédigée par la FNSEA, la Fop et Terres Inovia


Par Mathilde Fournier - FDSEA 51