Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités professionnelles

Actualités professionnelles


Actualité professionnelle
Publié le 28/03/2019

La géopolitique au coeur des débats

L’association marnaise des membres de l’ordre du Mérite agricole a tenu son assemblée générale le vendredi 15 mars à Châlons-en-Champagne.

 
Daniel Collard,
président de l’association.
Le général Lemoine.
 

La réunion des médaillés du Mérite agricole a été l’occasion d’accueillir Jean Lemoine, général de corps d’armée. La géopolitique fut au coeur des échanges. Daniel Collard, président de l’association, a retracé l’ensemble des activités et mis en avant l’intérêt croissant de cet espace de convivialité et d’amitié confirmé par une hausse importante de ses adhérents.

Le rôle principal de cette association, précise-t-il, est de défendre activement les valeurs de l’agriculture face aux défis alimentaires et énergétiques. Il se réjouit de réunir tous ceux qui ont contribué à relever les défis auxquels la profession est confrontée.

Vers un nouvel ordre mondial

L’intervention du général Lemoine a captivé l’ensemble de l’auditoire, tant par sa capacité à relire l’histoire, que par sa vision sur l’évolution probable de l’ordre mondial. Il a rappelé, dès le début de ses propos, que la paix se situe toujours entre-deux guerres et que l’espèce humaine est la seule à pouvoir s’autodétruire.

Les peuples à majorité blanche ont depuis très longtemps organisé un marché d’un milliard de clients sous gouvernance de l’ONU dont le message universel est la défense des droits de l’Homme et des citoyens.Les peuples de couleurs eux ont, souligne-t-il, une autre vision et parlent de la communauté.

L’homme est un outil, un moyen. Ces pays revendiquent une participation à l’organisation mondiale, voire en créer une autre. L’océan Pacifique devenant le nouveau centre de gravité. Plus largement, les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, etc.) contestent l’ancien ordre mondial en s’adossant sur une population de plus de 3 milliards d’habitants. L’Union européenne, elle, perd progressivement son influence avec une démographie en berne et une gestion complexe actuelle et à venir des migrations.

Lutte sino-américaine

Le général Lemoine a centré son intervention sur la lutte entre la Chine et les Américains, emmenant chacun dans leur sillage de nombreuses nations (accords commerciaux, parapluie militaire…). Selon lui, les USA déploient une stratégie imprévisible. Ils ne veulent plus être les gendarmes du monde. Ils sont pour les Américains en premier (American first), contre le multilatéralisme, s’isolent et s’organisent pour être présents dans le Pacifique. Ils maîtrisent la monnaie souveraine et ont le budget de la défense le plus élevé au monde, soit 717 milliards de dollars.

Leur stratégie est d’établir un véritable rapport de force avec la Chine en s’engageant sur la guerre des tarifs douaniers. Leur objectif étant d’amener progressivement la Chine à poser un genou à terre et de créer des troubles au sein même des populations (printemps chinois…). La stratégie chinoise est différente et très ambitieuse.

Pays le plus peuplé du monde, la Chine est la deuxième puissance économique, la deuxième puissance militaire (en 10 ans) et exploite 95% des terres rares dans le monde (minerais en partie destinés au digital / numérique…). Avec son plan d’action "made in China 2025", la Chine souhaite être leader dans l’informatique, la robotique, l’espace, les voitures électriques, la biomédecine et les énergies renouvelables.

Ces stratégies s’affrontent en s’inscrivant dans un contexte de menaces mondiales fortes. En résumé, le conflit planétaire oppose l’autoritarisme asiatique et l’ultralibéralisme américain. 

 

Les atouts de la France et de l’Union européenne

Georges Mangeart a été élevé au grade de commandeur
de l’ordre du Mérite agricole.

Le général Lemoine conclut son intervention en soulignant que dans ce concert géopolitique, l’UE est prise en tenailles mais a malgré tout une carte à jouer avec la France.

La Francophonie (84 pays sur 5 continents) va passer de 300 millions de personnes à 730 millions, dont 85 % d’Africains. Il considère que les destins de la France et de l’Afrique sont liés, au-delà des histoires communes réciproques.

La France apportera cela à l’UE, en plus de ses capacités militaires et territoriales.

Mais avant tout, le général rappelle l’importance de l’agriculture pour la sécurité alimentaire, pour répondre au réchauffement climatique (captation du carbone et développement des énergies propres).

"Je sais, souligne-t-il, que vous avez une sensibilité dans ce domaine. Votre heure va arriver et les gouvernements feront appel à vous et à vos organisations agricoles".

 


Par Christophe Songy Directeur général Groupe FDSEA 51