Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 20/12/2018

L'agriculture mieux considérée par les collectivités

Florence Chevanne-Lenglet, directeur adjoint en charge
des politiques publiques et des territoires et Thierry Poncelet,
exploitant à Thillois et élu de la Chambre.

L’aménagement du territoire engage la Chambre d’agriculture dans de nombreux dossiers où elle donne ses avis en faveur de la préservation des terres agricoles.«

« La mandature a été marquée par la loi NOTRe (1) redéfinissant les régions et les intercommunalités, dont les compétences ont augmenté » rappelle Florence Chevanne-Lenglet, directeur adjoint en charge des politiques publiques et des territoires. « Nous avons dû faire évoluer nos organisations. Un réseau d’ambassadeurs auprès des EPCI (2) a été mis en place. Notre objectif est de préserver les terres agricoles et le développement économique agricole, de faire de l’agriculture un atout pour l’essor du territoire. C’est pourquoi de nombreux partenariats ont été mis en place avec les collectivités et acteurs économiques ». Pour Thierry Poncelet, exploitant à Thillois et élu de la Chambre : « j’ai l’impression que les élus politiques nous interpellent de plus en plus, que l’agriculture est plus prise en compte pour son impact économique ».

Organiser les usages du foncier

L’espace agricole est de plus en plus convoité pour de multiples usages (habitat, activités, loisirs, dispositions environnementales…) et il faut « concilier à la fois la qualité de vie et la consommation des terres agricoles, ainsi que les attentes de néoruraux », explique Florence Chevanne-Lenglet. Cela oblige les élus de la Chambre à accompagner les communes dans leurs projets d’aménagement et à prendre position sur tous les SCoT, PLU et cartes communales. Au cours de cette mandature certaines orientations ont été précisées par les élus, par exemple en préconisant dans les Scot, des zones « tampons » entre les terres agricoles et les zones d’habitations : pour exemple, ils ont œuvré à la création d’une zone agricole protégée à Saint Martin-sur-le-Pré. Dans ces dossiers, elle apporte une vigilance accrue sur les questions de circulations des engins. La formation d’une centaine de représentants des AF et leur accompagnement permet d’organiser l’usage des voies agricoles. Au total, en six ans, la chambre a donné plus de 250 avis sur les SCoT et Plu. « Le vrai enjeu de la mandature prochaine pour les acteurs de l’agriculture et de la viticulture sera à mon sens d’avoir un espace agricole non seulement toujours libre d’accès mais qui ne vienne pas perturber les séquences de vie », exprime Éric Rodez, élu chambre et maire d’Ambonnay où il est viticulteur depuis 30 ans.

Accompagner les projets d’aménagement

« Cette mandature a été marquée par la multiplication des projets éoliens avec des modifications des réseaux électriques », affirme Florence Chevanne-Lenglet. La Chambre a négocié, avec les collectivités et les investisseurs, les protocoles d’indemnisation lors des reconstructions des lignes électriques de Lonny/Seuil/Vesle et de Marolles/Heiltz-le-Hutier ; des ouvertures de carrières ; de la réalisation de la déviation de la RN44 à Chepy… ou encore les compensations collectives agricoles lors des projets d’aménagement urbains de plus de cinq hectares.

À ces dossiers départementaux s’ajoute le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires, incluant les Trames Vertes et Bleues, qui se construit. Sujet qui montre l’étroite imbrication des problématiques de territoire aux problématiques environnementales, et le rôle d’intermédiaire de la Chambre entre les élus politiques, les agriculteurs, les organismes de protection de la nature et les administrations.

(1) Nouvelle Organisation Territoriale de la République

(2) Établissement public de coopération intercommunale

 

Communiquer

En cette fin de mandature, le besoin d’acceptabilité des projets agricoles et de communication vers le grand public sont prégnants. Chaque année, lors de la Foire de Châlons, la Chambre communique auprès du public et des décideurs pour montrer la contribution de l’agriculture aux enjeux sociétaux. En réponse aux difficultés d’acceptabilité par les riverains de certains projets agricoles, les élus et les collaborateurs de la chambre ont lancé, avec les autres OPA, une réflexion sur la rédaction de chartes de « bon voisinage ». Car « Les agriculteurs doivent retrouver de la proximité avec la population », explique Thierry Poncelet qui est très présent sur le terrain.