Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 13/04/2018

La filière betteravière au coeur des discussions à la FDSEA

De g. à d. : Éric Lainé, président de la CGB,
Béatrice Moreau, secrétaire générale de la FDSEA 51,
Hervé Lapie, président de la FDSEA 51 et
Christophe Songy, directeur du Groupe FDSEA.

Actualités syndicales, instrument de stabilisation du revenu et les PSE de Cristal Union étaient les thèmes abordés lors du conseil d’administration de la FDSEA 51 du 19 mars.

Le conseil d’administration est l’occasion pour les élus de faire le point sur les actualités syndicales locales et nationales. Hervé Lapie, président de la FDSEA, revient sur la rencontre organisée entre la délégation du CAF et Audrey Bourolleau, conseillère agricole à l’Elysée. Il dresse également un bilan positif du salon de l’agriculture. La FNSEA a mobilisé l’ensemble des organisations agricoles autour du contrat de solutions, démarche positive et très appréciée par les médias et l’opinion publique. Beaucoup de politiques sont passés sur le stand de la FNSEA, ce qui a permis de faire passer de nombreux messages sur la conjoncture actuelle.

La gestion des risques
Éric Lainé, président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) est venu présenter le projet porté par le syndicat, à savoir l’instrument de stabilisation du revenu (l’ISR). La sortie du régime de quota pour les betteraves engendre un contexte plus concurrentiel entre les différents pays producteurs. Les betteraviers vont être confrontés à beaucoup plus de volatilité des prix. Du simple au triple. Il rappelle également que le marché du sucre est très cyclique et volatile. Pour Éric Lainé, la gestion des risques doit être une priorité du syndicat pour accompagner les exploitations agricoles. Il ne s’agit pas seulement de l’assurance revenu. Il existe plusieurs outils possible pour gérer les risques, notamment les marchés à terme, la contractualisation, l’épargne de précaution, etc.

Présentation de l’ISR
L’ISR sectoriel est un instrument mutuel qui existe déjà. Il faut le réactiver en y intégrant l’ensemble de la filière sucre : planteurs, industriels et fabricants. L’ISR n’a d’avenir que s’il est collectif au niveau de la filière et porté par l’ensemble des planteurs. L’enjeu est à la fois de protéger le producteur et le fabriquant en sécurisant ainsi son approvisionnent. C’est du gagnant/gagnant.

L’ISR est un fonds mutuel qui serait abondé par les agriculteurs, industriels et des financements européens ; des assureurs et des ingénieurs sont actuellement associés à la réflexion. L’intérêt de cet outil est son faible coût de gestion. En effet, le travail se ferait à partir d’indices et non de l’exploitation. Il permettrait de gérer des crises un peu plus longues (baisses sur un ou deux ans).

Pour Éric Lainé, il est important de conserver des volumes importants afin de maintenir les prix et une capacité de production et de transformation. S’il y a une baisse des surfaces, le prix baissera davantage. Globalement, en Europe, il n’y aura pas de baisse de surfaces. Pour autant, il faut trouver un moyen de passer cette crise forte. Pour conclure sur ce point, Éric Lainé précise que le rôle du syndicat est de fédérer l’ensemble de la filière pour trouver ensemble un outil adapté à ces nouveaux contextes de crises sectorielles. Éric Lainé souligne l’importance et la chance d’avoir deux grands groupes coopératifs puissants. Ensemble et dans un projet partagé, toutes les conditions sont réunies pour accompagner les planteurs.

 

Les PSE Cristal Union
Les planteurs de Cristal Union ont récemment reçu un courrier relatif aux parts sociales d’épargne (PSE). Pour le conseil d’administration de la FDSEA, il est inconcevable de demander aux planteurs de faire des efforts de trésorerie en pleine période de crise.
Suite à ce courrier, les membres du conseil d’administration souhaitent qu’Hervé Lapie rencontre Olivier De Bohan, président de Cristal Union, pour lui indiquer la position des administrateurs. Au vu de la situation économique des agriculteurs de ce département, les PSE ne sont pas envisageables.
L’inquiétude sur les prix à venir de la betterave et sur les coûts de production fut également largement évoquée. En fonction du potentiel de chaque territoire, les marges de manœuvre ne sont pas les mêmes. D’où l’importance de garder à l’esprit qu’il faut travailler la compétitivité sur l’ensemble de la filière, du planteur à l’usine.

 

Création de la coopérative unique Tereos SCA
Pascal Foy, président de la commission pomme de terre chez Tereos, est venu présenter au conseil d’administration de la FDSEA 51 la création de la coopérative unique de Tereos.
Tereos SCA est la fusion des coopératives betteravières, féculières et de Luzerne qui constituaient Tereos Union de coopératives agricoles. La stratégie reste la même : valoriser les produits agricoles.
La coop est désormais organisée en six régions, qui correspondent aux grands bassins de productions et à l’implantation des usines : Nord littoral, Nord, Picardie Ouest, Picardie Est, Grand Est et Sud-Paris.
La nouvelle organisation de Tereos SCA s’appuiera également sur la création de quatre commissions spécialisées : betterave, pomme de terre, nutrition animale (pulpes et luzerne) et affaires publiques (gestion des relations interprofessionnelles et des relations avec les ministères).
Pascal Foy précise que « demain, le rôle des interprofessions sera important. Il est indispensable que le syndicalisme soit présent dans ces instances ».


Par Mathilde Fournier Département syndical