Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur Pinterest

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 19/01/2018

Un contrat de solutions pour anticiper l'avenir

De g. à d. : Hervé Lapie (pdt FRSEA Ge), Éric Thirouin
(sec. gal. Agpb), François Jacques (pdt section grandes
cultures FRSEA) et Patrice Auguste, responsable
" relations terrain " à l’AGPB.

L’Association générale des producteurs de blé (AGPB), lors de sa tournée " annuelle " des régions, est intervenue sur la PAC post 2020 et sa possible renationalisation souhaitée par l’Europe.

L’association spécialisée des producteurs de blé fait son tour des régions pour connaître les attentes du terrain. Lors de la commission grandes cultures FRSEA Grand Est, le 14 décembre à Laxou, Éric Thirouin, secrétaire général de l’AGPB, a présenté une vision pour l’avenir, notamment en ce qui concerne les orientations PAC post 2020. Les responsables nationaux ont démontré qu’il existait des solutions malgré les divers aléas rencontrés par les producteurs.

La vision de l’association spécialisée, en adéquation avec celle des producteurs, tourne autour de quatre grands axes : le défi alimentaire, la pression sociétale, la subsidiarité et la gestion des aléas. Pression sociétale L’enjeu majeur de ces prochaines années consiste à nourrir la planète, la population mondiale devrait atteindre plus de 8,5 milliards de personnes d’ici 2030. L’augmentation à attendre de la part des "urbains" et des classes moyennes entraînerait une consommation nettement supérieure puisque la demande s’accélère déjà depuis dix ans en blé et en maïs. Cependant, la pression sociétale est de plus en plus forte.

Suite à diverses remises en cause comme la crise de la vache folle ou le steak de cheval dans les plats préparés, le consommateur ne respecte plus les analyses scientifiques. Il y a un réel intérêt à communiquer sur le métier pour redonner confiance. Lors des États Généraux de l’Alimentation ou la prolongation de l’homologation du glyphosate pour cinq ans, la prise en compte de l’agriculture a été très faible. Conscient de cet aspect, les professionnels présents ont validé la nécessité de prendre en compte les demandes de la société.

PAC post 2020 L’avenir de la PAC et leur position au sein de l’Europe restent un sujet important pour les agriculteurs. Alertée lors de la communication réalisée par la commission européenne, concernant sa vision pour la PAC post 2020, l’AGPB, comme la FNSEA, sont conscientes que la prochaine politique agricole s’orienterait vers une renationalisation de de la PAC. Alors même que des distorsions de concurrence existent déjà entre États membres, ces orientations de la Commission ne feraient que les accentuer.

De plus, ces dernières années, les agriculteurs ont dû faire face à bon nombre d’aléas qui nécessitent des adaptations réglementaires pour fournir aux exploitants plus de stabilité. Pour l’AGPB, le maintien de l’aide directe du premier pilier des aides PAC contribue à maintenir cet équilibre et l’organisation travaille depuis plusieurs mois à un "bouquet" de solutions. Dans cet objectif, l’association spécialisée propose de maintenir les outils en place tels que l’assurance récolte qu’elle souhaite développer. Elle propose de compléter sa proposition par un système d’épargne de précaution.

Contrat de solutions Pour conclure sa vision, l’AGPB a présenté le "contrat de solutions" pour répondre aux enjeux précédemment présentés. Entre nécessité d’investir dans la recherche variétale, les produits de biocontrôle mais aussi les nouvelles technologies, il est avant tout nécessaire de lever les freins réglementaires. Toutes ces solutions combinées permettraient de clarifier l’avenir des agriculteurs et de stabiliser leur revenu tout en répondant à la demande mondiale. Pour clore la réunion, Hervé Lapie, le président de la FRSEA Grand Est, a précisé que des discussions sont nécessaires pour apporter des réponses aux agriculteurs sur leur avenir et donner une vision plus favorable aux générations futures qui souhaiteraient s’installer.

Virginie Brasseur FRSEA GE