Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Evénements

Evénements


Evénement
Publié le 19/04/2012

Revenons à nos moutons

300 participants venus de tous les départements français sont attendus lors du congrès de la Fédération nationale ovine qui a lieu à Châlons-en-Champagne les 25 et 26 avril 2012.

Le thème retenu est "Durabilité de l’élevage ovin à travers les hommes et les territoires".

Autrefois couverte de moutons, la Champagne-Ardenne compte aujourd’hui 95 000 brebis pour 436 élevages professionnels (2 % du national).


Editos


Bienvenue à tous
Jean-Roch Lemoine, président du comité d'organisation

Jean-Roch Lemoine,
président du comité
d'organisation

C’est avec une grande joie que la Champagne-Ardenne va accueillir les éleveurs ovins de la France entière au congrès 2012 de la FNO à Châlons-en-Champagne. La Champagne-Ardenne fait plus penser aux grandes cultures et à son vignoble qu’à son élevage en général et celui de l’ovin en particulier.

Notre région ovine compte 95 221 brebis pour 436 éleveurs avec 30 965 brebis pour les Ardennes, 8 398 pour la Marne, 15 639 pour l’Aube et 40 219 pour la Haute-Marne.

Trois groupements coopératifs et quelques privés assurent la collecte des animaux. Un de ces groupements a son siège social en région, la Covevim, les deux autres Les Bergers du Nord-Est et la Cialyn sont respectivement basés dans l’Aisne et dans l’Yonne et ont fait le choix d’investir dans des outils d’abattage.

Nos quatre départements ont un abattoir multi-espèces n’excédant pas 2 500 t/an de production totale dont 266 t en ovin pour le plus important. Ils sont utilisés essentiellement par la collecte privée et la vente directe.

Notre production d’agneaux, de type lourd (19 kg de carcasse en moyenne) est répartie équitablement entre ceux d’herbe produits majoritairement dans les Ardennes et la Haute-Marne et ceux de bergerie produits dans la Marne et l’Aube.

Cette production ne représente que 25 % de notre consommation régionale. Nos quatre départements travaillent d’arrache-pied pour vous faire découvrir lors de nos visites organisées que notre élevage ovin tient une place importante dans nos systèmes d’exploitation pour l’équilibre de ceux-ci.
Vous trouverez ci-dessous le descriptif de chaque exploitation visitée.

La formation, l’installation, la création de nouvelles troupes, l’alimentation, les soutiens qu’ils soient financiers ou techniques, la mise en avant de notre produit la viande d’agneau, sont des sujets dont nous débattons au sein du groupe filière ovine de la Chambre régionale de l’Agriculture de Champagne- Ardenne.

Nous devons faire avancer la production ovine régionale et nationale pour combler le déficit de production que nous avons. Sinon, d’autres le feront à notre place.

La production ovine demande du travail pour réussir, comme tout métier d’ailleurs, et c’est à nous de le rendre le moins pénible possible. Fini l’image vieillotte du mouton, c’est une production moderne et rémunératrice si elle est bien menée.

Beaucoup de solutions existent et avec peu de moyens. Alors pensez-y, ça changera votre vie.


Produire plus
Serge Préveraud, président de la Fédération Nationale Ovine 

Serge Préveraud,
président de la Fédération
Nationale Ovine
Après le rééquilibrage des aides en 2010 et le lancement du programme reconquête ovine autour du prix, de la technique et de la formation, l’élevage ovin se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Nous avons posé les bases d’une nouvelle ère pour la production ovine, il s’agit aujourd’hui de transformer l’essai.

L’élevage ovin est une production durable : il valorise toutes les superficies, permet de dégager un revenu équivalent aux autres productions, et les perspectives de croissance du marché de la viande ovine sont excellentes.

Pourtant, avec une production qui peine à atteindre 45 % de notre consommation, et une pyramide des âges des éleveurs vieillissante, l’enjeu est de taille si nous voulons garder notre place dans le paysage économique et agricole français.

Nous devons donc relever pour demain le défi de la production !

Produire dans un contexte de nouvelle PAC qui devra prendre en compte nos spécificités ovines sans nous étouffer par des contraintes excessives, produire encouragés par une filière performante garantissant des prix rémunérateurs, être plus technique pour produire plus et enfin installer de nouveaux éleveurs pour continuer à produire…

Déroulement

 Mercredi 25 avril :  Visite des exploitations.

 Jeudi 26 avril :
 9h30 : Accueil par la région.
 9h45 : Présentation du rapport d’activité par les secrétaires généraux.
 10h45 : Table ronde "L’élevage ovin, production durable".
 13h00 : Discours du président de la FNO.
 13h30 : Déjeuner de clôture.

Rendez-vous avec les éleveurs champardennais

Quatre circuits pour découvrir des systèmes variés, productifs et qui évoluent en Champagne-Ardenne

Les visites proposent une diversité de systèmes d’exploitation rencontrés dans la région, avec des exploitations céréales-ovin assez intensives et une exploitation herbagère bovin-ovin.

Ces exploitations se sont adaptées aux évolutions du contexte économique et social, avec le développement ou la création d’une troupe ovine et la recherche de bons résultats technico-économiques.

La complémentarité en élevage et cultures est une voie de développement importante pour l’élevage ovin régional.

Bonnes visites ! Un repas terroir est organisé sur chaque exploitation...

Pour la bonne organisation des journées, nous vous demandons de bien vouloir vous inscrire.
Le bulletin (ci-dessous) est à retourner pour le 23 avril par fax. au 03 26 64 96 85 ou par mail : bvasset@fdsea51.fr 

  Bulletin d'inscription à l'Assemblée Générale de la FNO, les 25 et 26 avril 2012 (Document PDF, 177 Ko)

Attention : seuls les inscrits pourront accéder au Centre de conférences le 26 avril.

Béatrice Vasset, chargée de l‘organisation du congrès
bvasset@fdsea51.fr

 N°1 - Ardennes (08) : brebis et vaches allaitantes en zone herbagère
Visite de l’exploitation à partir de 11h30

Exploitants : Deloche Cécile
et Deloche Patrick.
GAEC à deux associés (mère et fils).
330 brebis de race Texel agnelage mars-avril, 55 vaches laitières, 35 vaches allaitantes, 204 ha dont 196 ha de SFP ;
 Pâturage mixte, bovins-ovins pour une meilleure gestion de l’herbe, limiter le parasitisme et diminuer la consommation de concentrés (65 kg mère-agneaux) ;
 70 % des agneaux sont finis à l’herbe ;
2 circuits de commercialisation : la vente directe et la vente en filière (groupement) ;
Activité d’accueil à la ferme.
Visite de la plateforme de coproduits humides à destination du bétail à la Cadsar à Pauvres (08).


Exploitant : EARL du Vivier, de
récolte. M. Loïc Danré.
 N°2 - Marne (51) : des brebis et des poulets Label sur une petite structure

Visite de l’exploitation à partir de 13h30

Trois associés, un seul associé actif.
350 brebis Ile de France, 3 agnelages par an, 60 ha de SAU;
- Bergerie intégrale. Alimentation sèche ;
- Création de l’atelier ovin en 2005 ;
- Bergerie en bois construite en 2006 ;
- Utilisation de l’insémination ;
- 13 200 poulets Label.
Visite d’une usine de déshydratation de Francheville (51) et d’un chantier

 N°3 - Aube (10) : Création d‘une troupe pour valoriser les intercultures et les coproduits d‘une exploitation céréalière en technique culturale simplifiée
Visite de l’exploitation à partir de 11h30

Exploitant : EARL de la
Fontaine Rachisy,
M. Bertrand Patenôtre.
M. Patenotre et un salarié (1,5 UMO).
600 brebis Romane. 3 agnelages en 2 ans systématiques. 176 ha.
Utilisation massive des intercultures pour le pâturage des brebis.
- Bergerie bois de 600 places, avec cases d’agnelage ;
- Un godet dessileur ;
- Stockage d’aliment.
Visite du Moulin de Dosches avec ses différentes variétés de blé.




Exploitants : EARL Boucley Michelle,
Jean-Paul et Nicolas Boucley.
 N°4 - Haute-Marne (52) : augmenter et intensifier l‘atelier ovin pour installer un jeune
Visite de l’exploitation à partir de 13h30 


EARL trois associés (mari, femme et fils).
1 100 brebis en système accéleré (race Ile de France et Romane). 291ha dont 69 ha de SPF. Conduite intensive.
- 150 à 1 000 brebis en 7 ans ;
- Parc de contention fixe ;
- Une bergerie de 600 places bien aménagée ;
Nouveauté : Une distribution des fourrages avec une mélangeuse (ensilage herbe, enrubanné, paille, humibov).
Visite de la Brasserie Artisanale du Der à Montier-en-Der (52).
Présentation de l’histoire de la Brasserie et du procédé de fabrication de la bière.


Pour en savoir plus : retrouvez la totalité de ce ce Dossier Spécial Congrès FNO en pages 5 à 8 du journal
La Marne Agricole n°3007 du 20 avril 2012