Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Evénements

Evénements


Evénement
Publié le 10/03/2011

Dernières cantonales avant le conseiller territorial

Des cantonales auront lieu fin mars. Elles ont une signification particulière cette année, pour plusieurs raisons. Tour d’horizon.

En 2014, les conseillers généraux et régionaux seront
fusionnés pour créer le conseiller territorial.
En attendant, les élections cantonales de mars 2011 ont
valeur de test pour toutes formations politiques.
Les élections cantonales qui vont avoir lieu les 20 et 27 mars (en cas de second tour) vont permettre de renouveler la moitié des élus dans tous les départements de France sauf Paris. Cet événement prend des allures particulières cette année pour différentes raisons.

Tout d’abord, ce seront les dernières élections de conseillers généraux (ce à quoi servent les élections cantonales en France) puisqu’à partir de 2014, ils seront remplacés, tout comme les conseillers régionaux, par un conseiller territorial. Ce dernier aura pour mission de siéger dans les deux assemblées, comme le décrit la loi du 16 décembre 2010.

Ensuite, ce seront les dernières élections au suffrage direct avant les élections présidentielles de 2012. Tous les observateurs politiques ainsi que le personnel politique et une partie des Français y voient clairement un test de valeur national pour tester les forces politiques en présence.

Comme d’habitude, il faudra être très prudent dans l’interprétation des résultats, les questions à valeur locale ne se réglant pas de la même façon que les grandes questions d’ordre national et international. De plus, l’actualité peut réserver des imprévus qui peuvent peser sur les choix futurs au moment d’élire le futur président de la République.

Enfin, aspect particulier car les forces politiques en présence, quelles qu’elles soient, manquent de repères et sont loin d’être en ordre de marche pour affronter un électorat confronté à de nom-breuses difficultés économiques et qui a tendance à perdre, toujours un peu plus, foi en ses candidats à les représenter.

Organisation et missions

Rappelons enfin, pour ce qui est des informations générales, qu’un conseiller général est élu pour six ans (en l’occurrence pour trois ans pour ceux qui seront choisis à la fin du mois), renouvelables par moitié tous les trois ans, au scrutin majoritaire à deux tours.

Trois niveaux d’organisation caractérisent le conseil général : il dispose en effet d’une assemblée délibérante, d’un président du conseil général et d’une commission permanente.

Le conseil général intervient dans six grands domaines. Celui de l’action sanitaire et sociale (personnes âgées, personnes handicapées, enfance, insertion des personnes en difficulté, protection de la famille et de l’enfan-ce) est le principal et représente environ 60% des budgets départementaux.

En matière d’équipements et de transports, le conseil général assure l’aménagement et l’entretien de la voirie départementale. L’aménagement et l’exploitation des ports départementaux de commerce et de pêche, l’organisation des transports collectifs routiers de personnes et notamment le transport scolaire relèvent également de la compétence des départements.

La construction et l’entretien des collèges ainsi que certains de leurs équipements (équipement informatique, bibliothèques de prêts…) sont de la responsabilité des départements. Il subventionne des activités culturelles et entretient des musées et des espaces culturels.

Les conseils généraux ont une mission de protection de l’environnement. Ils veillent notamment à la préservation des espaces verts, à la gestion de l’eau et des déchets. Ils ont également la responsabilité des itinéraires de promenades et de randonnées.

Le conseil général aide les communes et les intercommunalités à investir et à s’équiper dans de nombreux domaines (alimentation d’eau potable, assainissement, électrification, voirie, financement d’équipements communaux, embellissement des villages, protection de l’environnement, aménagement foncier…).

Le département peut, tout comme les communes et leurs groupe-ments, participer au financement des aides aux entreprises, dans le cadre d’une convention passée avec la région.

Pour en savoir plus : retrouvez la totalité de cet article en page 4 du journal
La Marne Agricole n°2949 du 11 mars 2011

Par Thierry Michel