Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 04/01/2018

Une députée en élevage...

La députée Lise Magnier, accompagnée de son attachée
parlementaire, ont visité un élevage laitier à Moiremont,
dans l’Argonne.

La FDSEA de la Marne poursuit son lobbying auprès des députés du département. Cette fois, le syndicat invite les députés à visiter une exploitation agricole de leur circonscription. Lise Magnier est la première à faire le déplacement.

Un robot de traite et des vaches laitières:  le décor est planté. Les représentants FDSEA de l’arrondissement de Sainte- Ménehould ont invité Lise Magnier, députée de la 4e circonscription de la Marne, à l’exploitation de Céline et Ludovic Hérault, à Moiremont, en Argonne.
Les agriculteurs portent un même message : l’agriculture argonnaise sait s’adapter. Les exploitations agricoles investissent et répondent aux mises aux normes réglementaires. Demain, les élevages seront présents sur ce territoire, si ce métier dégage un revenu rémunérateur. Paul Poquet, Vice-Président FDSEA du canton de Ville-sur-Tourbe insiste : « quand les agriculteurs ne gagnent plus leur vie, ils arrêtent l’élevage et passent la charrue dans les prairies. Résultat, c’est l’environnement qui subit les conséquences ».

Les messages syndicaux s’enchaînent…

Jean-Marie Delanery, co-responsable de la commission environnement de la FDSEA 51, a expliqué à la députée les craintes des agriculteurs face au nouveau classement de certains cours d’eau. La vigilance s’impose sur la nouvelle cartographie effectuée par l’administration. La FDSEA est présente lors des visites d’expertises sur le terrain pour faire entendre la voix de la profession.

Du statut de l’agriculteur aux États Généraux de l’Alimentation, le débat est ouvert. Les distorsions de concurrence sont montrées du doigt par les représentants de la FDSEA. Ils dénoncent l’ouverture des frontières à des produits alimentaires qui ne respectent pas les règles sanitaires et environnementales imposées aux agriculteurs français.

Valérie Dugois, présidente de la commission des agricultrices de la FDSEA 51, s’arrête sur les dégâts de gibier : « des décisions doivent être prises au vu des fortes populations de cervidés dans les massifs forestiers. D’importants dégâts sont à noter sur les parcelles de Gratreuil à Minaucourt. Les agriculteurs sont exaspérés et demandent l’installation d’une clôture à cervidés autour du camp de Suippes ». Lise Magnier s’engage à porter cette demande auprès de l’administration.

La députée conclut cette rencontre : « l’agriculture française a un problème de communication auprès des citoyens. Elle ne sait pas faire entendre sa voix. Les médias se font davantage le relais des anti-viande. En ce sens, les fermes ouvertes organisées par la FDSEA de la Marne constituent une initiative positive pour rétablir les vérités auprès des élèves et du grand public du département ».

 

 


Par Mylène Berruyer Département syndical FDSEA 51