Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Evénements

Evénements


Evénement
Publié le 24/01/2014

Directive Nitrates - Monsieur le préfet, on attend vos actes : fin de l'ultimatum !

Les Jeunes Agriculteurs de la Marne se sont mobilisés lundi 20 janvier contre le 5e programme de la Directive Nitrates. Ils avaient annoncé au préfet des actions sur 30 jours... 

Partant de chaque côté de la pénétrante à Châlons-en-Champagne, les tracteurs se sont rejoints Porte Sainte Croix lundi 20 janvier à 7 h 30, afin de former un cortège et passer par quelques lieux emblématiques pour livrer quelques menus cadeaux à nos "autistes de l’administration" et autres représentants de l’État.

Les Jeunes Agriculteurs de la Marne ont lancé, le 17 décembre 2013, un ultimatum à monsieur le préfet, représentant de l’État : "Nous demandions à rencontrer nos ministres de l’Agriculture et de l’Écologie. Nous demandions à obtenir des garanties de non-contrôle des exploitations agricoles sur le volet de cette Directive Nitrates. Nous demandions la révision du 5e programme de la directive nitrates"


Malgré la pluie battante, de nombreux agriculteurs étaient présents.

Xavier Dufour et Jean-Baptiste Prévost clôturent l’action.

Pour rappel, l’Europe demande aux États membres de prendre les dispositions nécessaires pour garantir un taux maximum en nitrates dans les eaux. À charge ensuite à chaque état de prendre les mesures nécessaires sous peine d’amende.

Certains ont pris le parti de ne rien faire et de payer les amendes. D’autres ont pris le parti de contraindre lourdement les exploitations agricoles pour limiter au maximum les fuites de nitrates. D’autres, les plus intelligents, ont choisi tout simplement de responsabiliser leurs agriculteurs. À la profession de mettre en place des mesures pour maintenir un taux acceptable de nitrates dans les eaux.

L’administration française a choisi, comme d’habitude, d’encadrer et de légiférer, mais de manière, évidemment, incohérente. La France ne respecte pas l’exigence européenne. Des points noirs subsistent sur le territoire national. Il est logique que l’État demande qu’un effort supplémentaire soit fait.

Alors pourquoi JA51 se soulève-t-il contre cette directive ? La région Champagne-Ardenne fait parti des bons élèves. Nos eaux répondent aux exigences européennes et continuent de s’améliorer. Mais la France nous demande d’aller encore plus loin ! Pourquoi ? C’est toute la question.


Premier dépôt devant le Conseil régional.

Deuxième dépôt devant la Draaf-Dreal.

"Nous ne pouvons accepter de retirer de la production des milliers d’hectares, d’investir des millions d’euros dans des fumières, de devoir recourir davantage aux produits phytosanitaires, d’augmenter encore et encore la paperasse, de baisser notre compétitivité et ce sans savoir pourquoi ! Nous avons donc démarré une série d’actions afin de mettre la pression sur l’administration et nos politiques afin que l’on nous donne des réponses.

Aujourd’hui, des portes se sont ouvertes et des discussions ont eu lieu. Si rien n’était possible il y a un mois, des aménagements seraient finalement envisageables. Mais nous n’avons toujours aucun engagement officiel. Nous n’avons toujours aucun écrit. Nous n’avons toujours pas de rencontre avec les ministères. Nous aurions aimé qu’à l’instar de madame la députée Catherine Vautrin, nos représentants politiques viennent à notre rencontre. Nous aurions aimé qu’ils aient son courage en portant notre voix à l’assemblée. Nous aurions aimé que comme Madame Vautrin, ils demandent au ministre de s’expliquer"
.

Fin d’ultimatum oblige, l’action des Jeunes Agriculteurs a pris une plus grande envergure en ce lundi 20 janvier. Mais, les JA ne comptent pas en rester là...


Vingt-quatre bennes en convoi.

Quatrième dépôt devant la préfecture.

Par Xavier Dufour, secrétaire général JA 51