Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Evénements

Evénements


Evénement
Publié le 30/08/2012

La compétitivité de l’agriculture française en débat le 3 septembre

Pour la traditionnelle conférence économique qu’ils organisent conjointement à l’occasion de la foire de Châlons-en-Champagne, le Crédit Agricole du Nord Est et la FDSEA de la Marne ont choisi pour thème : "Agriculture française : une compétitivité à réinventer". Pour en parler : des intervenants de choix.

Xavier Beulin, président de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) et de Sofiprotéol, Dominique Dutartre, président du pôle IAR et directeur général adjoint en charge de la recherche et de l’innovation chez Vivescia, Charles de Courson, député, rapporteur spécial des politiques de l’agriculture pour la Commission des Finances à l’Assemblée Nationale.

Xavier Beulin Charles De Courson Dominique Dutartre

Lundi 3 septembre à 15 heures, c’est un triptyque de personnalités de premier plan qui sera invité à engager la réflexion sur la compétitivité de l’agriculture française et de ses exploitations dans le cadre de la grande conférence organisée par le Crédit Agricole du Nord-Est et la FDSEA de la Marne.

Le thème choisi cette année "Agriculture française : une compétitivité à réinventer"  va en tout état de cause se révéler prétexte à des échanges riches entre des intervenants peu habitués à user de la langue de bois.

Il est au moins un point sur lequel les intervenants seront d’accord, c’est celui du constat qui veut que l’agriculture française doit relever de vrais défis : volatilité des prix, impact des coûts des intrants, écarts de compétitivité avec des pays lointains mais aussi proches - coût du travail et fiscalité très défavorable par rapport à l’Allemagne - écarts de revenus entre bassins de production et entre producteurs d’un même bassin…

Inexorable érosion ?

Au-delà de ce constat qui n’est d’ailleurs sur certains points, pas propre à l’agriculture (coût du travail et fiscalité impactent aussi d’autres secteurs économiques), c’est la lente érosion de la place de la France agricole dans le monde qui pose question.

La perte de compétitivité est-elle inexorable ? Des solutions simples existent-elles ? La future PAC va t-elle aggraver le phénomène ou l’atténuer ?

Les questions sont nombreuses pour un secteur d’activité qui reste l’un de nos plus beaux fers de lance économique, qui n’est pas délocalisable et qui contribue par l’entretien des paysages à faire de la France le 1er pays touristique au monde.

Quatrième exportateur mondial de produits agricoles et agroalimentaires, la France peut s’appuyer sur une agriculture moderne, sur la constance de ses rendements mais aussi sur la force de ses outils industriels et de ses organisations professionnelles.

Les nouvelles potentialités liées notamment à la valorisation non alimentaire des ressources peuvent également être source d’optimisme à la condition peut être de disposer demain des mêmes arguments que nos concurrents mondiaux.

Le débat est large, complet et devrait sans nul doute se révéler très riche pour ce rendez-vous ouvert à tous.