Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Edito

Edito

 Tous les éditos


Edito
Publié le 07/02/2020

Soutien à Jean-Louis
Par Hervé Lapie, président de la FDSEA 51, et Laurent Champenois, secrétaire général de la FDSEA 51

Comme vous le savez, notre collègue agriculteur et président cantonal Jean-Louis Leroux a subi un vol sur son exploitation à Ambrières dans la nuit de vendredi à samedi dernier. Malheureusement, un drame s’est produit ; il est pour l’instant en détention provisoire à la prison de Châlons-en-Champagne. C’est un drame qui nous bouleverse tous. Nos pensées vont vers les deux familles concernées et leurs proches qui vivent une situation terrible.

Victime d’une cinquantaine de vols depuis 2015, Jean-Louis a toujours déposé plainte et respecté les procédures. Nous le connaissons bien : honnête, fiable et calme. La problématique de l’insécurité dans nos campagnes n’est pas nouvelle dans la Marne, comme partout sur le territoire français.

En tant que syndicat agricole nous alertons depuis longtemps les pouvoirs publics et la gendarmerie pour qu’elles protègent les personnes et les entreprises qui vivent en milieu rural, particulièrement vulnérables de par leur isolement.

Tout le monde est touché par cette insécurité ! Nous avons organisé de nombreuses visites sur le terrain avec Monsieur le préfet et la gendarmerie, et nous travaillons toujours régulièrement ensemble sur ce sujet. Sachez que la FDSEA suit de très près ce dossier et met tout en oeuvre pour accompagner au mieux Jean-Louis Leroux, sa famille et son exploitation.

Très rapidement, nous avons conseillé à la famille de choisir un avocat pénaliste d’expérience. Nous avons rencontré à plusieurs reprises sa famille, afin d’analyser ses besoins immédiats. Nous organisons notamment, avec la solidarité locale et celle des organisations agricoles, la gestion concrète de l’exploitation de polyculture élevage. Nous avons également sollicité la MSA afin d’assurer l’accompagnement humain de ses proches.

Aujourd’hui, que peut-on faire concrètement pour soutenir Jean-Louis ? Chacun d’entre nous peut tout d’abord lui adresser personnellement un mail de soutien à l’adresse awolfs@fdsea51.fr. Nous transmettrons tous vos messages à son avocat, qui lui remettra.

Ce soutien moral l’aidera énormément dans cette épreuve. À cette étape de la procédure, la communication reste un point très sensible sur lequel nous devons tous être très vigilants. Pour l’instant, il est encore trop tôt pour envisager toute action collective, même si certains d’entre vous en ont émis le souhait.

Ce type d’initiative pourrait nuire au bon déroulement de l’enquête et donc à la défense de Jean-Louis. Nous croyons dans la justice de notre pays ; laissons-la mener l’instruction dans les meilleures conditions possibles.

Nous sommes tous émus par cette affaire, et pour beaucoup d’entre nous, concernés par des vols à répétition. Mais il faut, ensemble, avoir la sagesse de prendre le recul nécessaire ; nous demandons à toutes et tous de garder son sang-froid et d’éviter tous commentaires qui pourraient être mal interprétés.

Certains d’entre vous ont proposé de lancer une cagnotte collective afin de contribuer aux frais de défense. Nous réfléchissons à cette bonne idée, qui pourra être mise en place prochainement. Nous espérons vivement le rétablissement du jeune homme blessé.

À travers cette dure épreuve que nous portons tous ensemble, les valeurs de solidarité et de partage que défend le syndicalisme trouvent toute leur raison d’être.