Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter

Retrouvez-nous sur YouTube

Accueil > Flash Infos > Actualités du groupe

Actualités du groupe


Actualité du groupe
Publié le 20/06/2013

Activité en hausse au service de remplacement

Les équipes du Service de remplacement et du groupement d’employeurs de la Marne organisaient leur assemblée générale mardi 11 juin, dans les locaux châlonnais de la FDSEA.

L’équipe du SR 51, de g. à d. : Raymond Lapie, secrétaire ;
Virginie Rousseaux, assistante ; Julien Bricquet, président ;
Marinette Doré, responsable ; Julien Valentin, trésorier
et président SR France.
Deux assemblées générales en une, ce mardi 11 juin, dans les bureaux de la FDSEA à Châlons-en-Champagne : le service de remplacement Marne (SR 51) et le Groupement d’employeurs agricoles et viticoles de la Marne (GPE 51).

Pour son premier exercice à la tête du SR 51, le président Julien Bricquet a choisi de faire intervenir la MSA (lire encadré) sur un sujet trop méconnu : «les risques psychosociaux des salariés et des non-salariés agricoles».

En 2012, le SR 51 compte 155 adhérents, et 19 192 heures de travail – avec des creux d’activité mesurés en février et en août – ont été réalisées pour 12 ETP.

C’est 898 heures de plus qu’en 2011, année où les remplacements ont connu une montée en puissance dès la fin de l’été. Le premier motif d’heures travaillées renvoie à la maternité (et à la paternité), avec un total de 1 854 jours remplacés.

Le GPE 51 affiche lui aussi une forte progression, avec 8 709 heures travaillées (+ 1 197 heures), la raison principale étant le travail saisonnier (76 %).

97 000 places à prendre

C’est le manque de salariés qui a été mis en avant lors de cette assemblée générale. Et au-delà de ce besoin, la qualification de la main-d’œuvre reste un problème : Julien Valentin mettait en avant les "qualifications en berne à la sortie des établissements scolaires".

Pour pallier ce problème, des formations devraient être prévues pour les salariés en CDD et prises en charge par le SR 51, en collaboration avec la FAFSEA. A noter qu’en 2013, 97 000 postes restent à pourvoir dans tout l’hexagone.

Enfin, du côté des tarifs, le SR 51 s’est adapté aux évolutions économiques et sociales telles que le Smic ou les cotisations diverses pour les deux types de tarifs, les salariés apportés par les exploitants et les salariés recherchés.

ous avons également remarqué que les frais fixes n’étaient pas suffisamment pris en charge", a souligné Marinette Doré. Cette année, les taux de cotisation patronale varient de 7,5 % à 43 % pour les salaires les plus élevés.

Agir contre les risques psychosociaux

Nadège Caron, Michel Perbal et Marie-Florence Tassaux, intervenants de la MSA, ont expliqué au public quels étaient les risques psychosociaux encourus par les travailleurs agricoles.

Dans ce cadre, on parle de troubles portant aussi bien atteinte à la santé mentale qu’à la santé physique. Dans ce cercle vicieux, tout peut partir d’exigences excessives ou d’une déficience des rapports sociaux, avant de dégénérer en manifestations telles que stress, violences, harcèlement, etc. Les conséquences marquent généralement le sujet en profondeur : névroses, addictions, épuisement voire trouble musculo-squelettiques et suicides bouclent cette boucle difficile à vivre.

L’institut national de veille sanitaire estime les suicides d’agriculteurs de 400 à 800 par an, le risque étant plus élevé chez les hommes de 30 à 50 ans. Un programme national d’actions est en place, et livrera ses conclusions en 2014.

Même si les aspects sociaux de l’agriculture sont «totalement mis de côté dans l’enseignement», comme le déplore Julien Valentin, des outils existent : avenir en soi, la cellule réagir… Les contacts utiles sont fournis par les caisses de la MSA en cas de besoin et d’urgence.


Par Guillaume Perrin